Le virus Ebola

Cette affection virale décime les peuples africains (Ebola est une rivière du ZAÏRE) sans que personne ne puisse réellement stopper cette épidémie. Le virus Ebola appartient à la famille des filovirus, qui regroupe des virus à l’apparence filamenteuse caractéristique. Des chauves-souris frugivores de la famille des ptéropodidés constituent vraisemblablement le réservoir naturel du virus, mais d’autres mammifères peuvent être infectés. C’est le virus Ebola Côte d’Ivoire (EBO-CI) qui est la dernière souche découverte accidentellement en 1994 par une ethnologue. La maladie d’Ebola, aussi appelée fièvre hémorragique Ebola ou fièvre Ebola, est une maladie rare et souvent mortelle que les humains et les primates non humains (tels que les singes et les gorilles) peuvent contracter.

Le virus envahit tout l’organisme, à l’exception des os et des muscles moteurs. Les hémorragies touchent les viscères, la peau (pétéchies et phlycténes), la peau se déchirant au moindre contact, car le virus a une affinité pour le tissu conjonctif. Enfin les hémorragies touchent aussi les muqueuses et les conjonctives de l’œil (œil rouge).

L’incubation évolue en 21 jours en deux phases :

Première phase : Forte fièvre et céphalées, faiblesse musculaire, violents maux de gorge et vomissements.

Deuxième phase : Diarrhées, éruptions cutanées, insuffisance rénale et hépatique et hémorragies internes et externes.

Cette épidémie se répand en Afrique parce que la présence naturelle du virus favorise sa diffusion et également parce que les défenses immunitaires des africains est affaiblie par des conditions d’hygiène de vie « discutables ».

Les solutions naturelles :

L’alimentation est la même que celle recommandée devant tous vomissements et diarrhées. Boire de l’eau (à laquelle vous ajouterez du chlorure de magnésium (mettre un sachet dans un litre d’eau. Boire 1/2 verre 2 fois par jour). Mangez des aliments basifiants des racines, des patates douces et une demi-banane écrasée (la veille pour qu’elle s’oxyde).

Les médecines douces ont un rôle à jouer dans cette affection mais c’est l’aromathérapie qui est la plus efficace.

Dominique Baudoux propose un mélange curatif en externe :

  • Huile Essentielle BIO de ravintsara 6 ml
  • Huile Essentielle BIO de ciste ladanifere 2 ml
  • Huile Essentielle BIO de palmarosa 2 ml

« En une seule application vider le flacon sur tout le torse et le ventre, bras et jambes. Puis continuer avec un flacon supplémentaire de la même synergie à raison de 12 Gouttes sur le ventre 8 fois par jour pendant 5 à 7 jours ».

Alors que JP Willem, nous livre la composition d’un mélange par voie rectale :

  • Huile Essentielle BIO de Laurier noble 75 mg
  • Huile Essentielle BIO de Niaouli 75 mg
  • Huile Essentielle BIO de Tea Tree 50 mg

Excipient qsp 1 suppo de 3g n°20 – 1 suppo le soir 3 à 8 jours (reprendre si nécessaire).

Les intestins acteurs majeurs du mécanisme de cette affection, sont la barrière anti virale et assurent les défenses immunitaires de l’organisme. Il est donc essentiel de renforcer les défenses immunitaires et de protéger la muqueuse intestinale en absorbant, des pré et probiotiques , de la propolis rouge et du curcuma.

En homéopathie, trois remèdes vont atténuer les symptômes de cette fièvre hémorragiques : crotalus horridus, phosphorus et lachésis. En tubes doses de 7CH un dose de chaque remède par jour reprendre trois après un jour « blanc », ce traitement pendant trois semaines.

Comme dans chaque pathologie, c’est l’application de l’ensemble des conseils qui va faire son efficacité face à ce fléau.

Bio Sante Au Feminin